Les 5 femmes de la foodtech à suivre

Les 5 femmes de la foodtech à suivre

En avril 2020 en raison des difficultés liées à l’approvisionnement des points de vente, la Commission Européenne autorisait les marques agroalimentaires et distributeurs à modifier les recettes des produits mais pas leurs étiquettes. Près de 19 000 consommateurs, demandeurs d’informations et de traçabilité, ont agi aux côtés de Foodwatch, organisation à but non lucratif pour une alimentation sans risque, en signant une pétition dédiée. Cette mobilisation prend de l’ampleur et les marques Auchan, Picard, Monoprix et Super U se sont engagées à être davantage transparentes. 

Le secteur de la foodtech est également bouleversé, depuis quelques années, par l’arrivée de nouveaux acteurs préconisateurs de bonnes pratiques auxquelles la grande distribution n’échappe pas. Julie Chapon, Lucie Bash ou encore Armelle Delaage révolutionnent et bousculent les codes alimentaires. 

Sur Ulule et depuis sa création en 2010, ce sont près de 3 000 projets Food qui ont analysé ces signaux faibles, illustré les attentes des consommateurs et participé à la construction des nouvelles habitudes nutritives des Français. 

#1 Julie Chapon, l’activiste qui conduit les industriels à améliorer leurs produits

Source

Julie Chapon est la fondatrice de Yuka, l’application aux 18 millions d’utilisateurs qui décrypte les étiquettes des produits alimentaires et cosmétiques pour analyser leur impact sur la santé.

Cette solution vise à replacer l’alimentation au coeur des préoccupations et apporter un regard neuf sur notre manière de consommer. Selon l’étude “mesure d’impact” menée par Yuka et certifiée par le cabinet d’experts, Kimso, 83% des utilisateurs achètent moins mais de meilleure qualité et 92% d’entre eux reposent les produits lorsqu’ils sont notés rouges sur l’application. 

Ces décisions ont un impact direct sur les distributeurs et invitent ces derniers à rendre leurs changements visibles. Parmi eux, Nestlé, Leclerc ou encore Unilever affirment que Yuka les aide à améliorer leurs produits. Le groupe Intermarché a déjà annoncé vouloir changer 900 recettes et supprimer 142 additifs dans les 18 mois à venir.  

« Yuka est une tendance de fond, il est donc essentiel pour nous Intermarché d’être proactif pour avoir les produits les mieux notés possibles. »

Thierry Cotillard – Président Intermarché

Julie Chapon agit chaque jour pour le “bien manger” auprès des consom’acteurs et c’est pour mettre en avant des initiatives à impact positif qu’elle a rejoint le mouvement So good.
👉 Son histoire est à retrouver dans le premier numéro

#2 Katia Paré, l’entrepreneure de 25 ans à l’origine des BAM (bon à manger)

En 2019, Katia Paré a créé Bam&Co, la nouvelle marque française de produits bons et naturels pour le petit déjeuner, le goûter et l’apéritif à destination de sa cible principale : les “gourmands”. 

En développement ces 16 produits phares notés “bon” ou “excellent” sur Yuka, Katia a veillé à proposer des formules sans aucun texturant, colorant, conservateur, ni huile de palme ou sucre ajouté. Cette large de gamme de “bon à manger” a également connu un vif succès et un important engouement lors de son financement sur Ulule (plus de 2000 préventes). 

Katia remet également en cause la sécurité des produits industriels en proposant une alimentation variée et saine à destination d’une cible grand public.  

👉 Bam&Co est à retrouver sur Ulule.

#3 Armelle Delaage, la fondatrice du premier incubateur culinaire français de plus de 100 membres

En partant du constat que 1,2 milliard de personnes sont obèses ou en surpoid, 800 millions de personnes sont en sous-nutrition et 30% de la production alimentaire est gaspillée, Armelle a imaginé United Kitchens.

United Kitchens met à disposition des entrepreneur(e)s, des cuisines de 500 m² incluant du matériel professionnel, l’entretien et la maintenance des lieux ainsi que la mutualisation des commandes auprès de producteurs issus de l’agriculture raisonnée.

C’est aussi un des projets soutenus par Fleury Michon dans le cadre du programme Venez Innover, qui participe à renforcer la légitimité de la marque sur les questions de transition alimentaire. Pendant quatre ans, Fleury Michon est devenu le partenaire engagé aux côtés des projets du Manger Mieux sur Ulule. Ce partenariat a permis une augmentation de la volumétrie de créateurs “Food” sur Ulule, avec plus de 400 projets lors de la première année du partenariat, contre 200 l’année précédente.

👉 Pour retrouver la campagne de financement de United Kitchens

#4 Lucie Basch, la porte parole des stratégies de lutte contre le gaspillage alimentaire

Source

C’est en constatant que chaque année un tiers de la production alimentaire mondiale est gaspillée, que Lucie a imaginé Too good to go, une application permettant de connecter les commerçants de quartier ayant des invendus aux citoyens à proximité de ces commerces de bouche.

Cette plateforme collaborative aux 3 millions d’utilisateurs obtient des résultats encourageants depuis sa création puisqu’en 2016, 6 millions de repas ont pu être sauvés et chaque jour 20 000 paniers sont récupérés par les consommateurs.

Le combat de Lucie ne s’arrête pas là puisque Too good to go prend la parole au quotidien sur la question du gaspillage. L’année dernière une pétition #changetadate a été lancée dans le but de modifier les dates de péremption et limiter le nombre de produits consommables jetés. Cette initiative pour améliorer les dynamiques de consommation a porté ses fruits et en Norvège plusieurs industriels ont ajouté à leurs packagings, la mention « mais toujours bon après » à la désignation “à consommer de préférence”. En France, les entreprises Bel, Carrefour, Danone et bien d’autres ont également signé et mis en place les engagements de ce Pacte. 

👉 La belle histoire de l’activiste Lucie Basch est également à retrouver dans le premier numéro de So good. 

#5 Gaëlle Hermange, la fraîche créatrice food labellisée « Act for Impact » sur Ulule

Prendre soin de soi et de sa santé est un enjeu qui occupe les pensées de tous les Français : 44,5 % des consommateurs achèteraient des produits responsables en premier lieu parce qu’ils sont meilleurs pour la santé selon le 12ème baromètre de Greenflex

De nombreux projets ont émergé dans cette lignée sur Ulule dont Néogourmets, la gamme de tablettes de chocolat, co-imaginée avec le chef étoilé Thierry Marx, sucré naturellement par les fruits et sans édulcorant. 

Cette initiative innovante est également labellisée « Act for Impact » signé BNP Paribas. Ce dispositif vise à favoriser l’émergence de projets innovants, créatifs et solidaires au service d’une économie plus durable. 

👉 Pour retrouver la belle histoire de Gaëlle

Incubateur de nouvelles tendances de consommation, Ulule observe les signaux faibles et voit progresser des projets autour d’une production locale plus respectueuse de l’environnement et de la santé des hommes. Dans ce contexte, de nombreux porteurs de projets, en recherche de financement, émergent et, parmi eux, Kashamiam, le lieu convivial de recettes originales, Mopo, la première glace protéinée fermière ou encore Mizu & Kasai, les nouveaux compléments alimentaires. 

🥕 Pour retrouver ces belles histoires dans le magazine So good ou sur Ulule

🥕 Pour découvrir les programmes d’accompagnement : Venez Innover de Fleury Michon, Act for Impact de BNP Paribas.

🥕 Engagez-vous et lancez votre appel à projetsvotre channel dédiée ou vos soirées Pitch Pitch

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *