Label B Corp, société à mission française ?

Label B Corp, société à mission française ?

La mobilisation des entreprises prend forme, l’économie de l’impact se démocratise et les certifications couronnent ces actions. 

En 2006, Bart Houlahan, Jay Coen Gilbert et Andrew Kassoy s’associent pour créer l’ONG B Lab à l’origine de la certification B Corp. Ce label est décerné aux entreprises, de toutes tailles et tous secteurs, qui adoptent un business model responsable et intègrent la dimension d’impact positif au sein de leurs performances globales, évaluées tous les 3 ans. 

Ce label extrêmement exigeant, environ 5% de réussite, n’est obtenu que lorsque l’entreprise répond aux 300 questions et obtient 80 points selon le système de notation utilisé par B Lab, le B Impact Assessment (BIA).

Le mouvement BCorp se lance en France fin 2015 et, en octobre dans un contexte de très forte croissance et de valorisation de ses valeurs dans son plan d’affaires, Ulule rejoint les 25 entreprises françaises à recevoir cette labellisation et à redéfinir la notion de succès dans son business.

Le label B Corp offre une vraie occasion de réconcilier profit et impact. On ne peut plus, en 2015, faire du business comme au XXème siècle.

Alexandre Boucherot, co-fondateur d’Ulule

Depuis 10 ans, ce sont plus de 70 000 projets culturels, solidaires, éducatifs ou environnementaux qui ont été inscrits sur Ulule. Autant de belles histoires humaines qui se sont créées, chaque jour, et qui placent Ulule comme, non pas la meilleure entreprise au monde, mais une des meilleures pour le monde. 

Néanmoins qu’est ce qui différencie B Corp des sociétés à mission ? Qui sont les entreprises labellisées ? Et quelles sont les actualités en 2020 ? Autant de questions qui méritent d’obtenir des réponses au sein de ce sujet expert. 

BCorp, la société à mission française ?

En 2019, la loi Pacte définit “l’équivalent” français du label BCorp : la société à mission.

Avoir la conviction que les entreprises ont des capacités collectives de progrès et d’innovation colle aussi bien à l’activité des BCorps qu’à celle des sociétés à mission

Néanmoins quelques éléments différenciants sont observés entre ces deux labellisations. 

Dans le cadre des sociétés à mission, on distingue la raison d’être statutaire de la raison d’être non statutaire, qui ne s’inscrit pas dans les statuts de l’entreprise. 10% des membres de la SBF 120, indicateur de la Bourse de Paris, ont adopté une raison d’être statutaire tandis que 60% des entreprises du CAC 40 ont une raison d’être non statutaire. Le label BCorp, quant à lui, demande aux entreprises labellisées de modifier leur objet social en y ajoutant une phrase type rédigée par l’organisme de contrôle. 

D’autre part, même si le label BCorp s’adresse aux sociétés à but lucratif de toutes tailles, certaines formes d’entreprises ne peuvent être candidates. Néanmoins ces associations ont accès au B Impact Assessment (BIA) pour mesurer leur impact social, sociétal et environnemental à titre informatif. 

Enfin, le questionnaire BCorp est basé sur des normes internationales, similaires au label ISO 26000, et en lien avec les “meilleures pratiques” (conditions de travail, etc.) des pays dans lesquels les entreprises sont auditées. 

La camif, les petits gestes font les grands changements

Innocent, VEJA, Patagonia, Camif… voici quelques entreprises labellisées, qui en obtenant la célèbre certification, crédibilisent leurs activités auprès d’investisseurs à impact et grand public. C’est ce que développe Camila Garcia, Responsable RSE de Blédina France, en affirmant que le label BCorp permet au Groupe Danone de répondre favorablement aux fortes attentes des consommateurs et ainsi assurer la bonne alimentation des générations futures. 

Ainsi, pour une entreprise labellisée BCorp, les enjeux sont multidimensionnels. Prenons l’exemple de la Camif, entreprise française de produits et services pour la maison au bénéfice de l’Homme et de la planète. 

D’une part, pour développer son activité, cette entreprise fait le choix de s’inscrire dans un écosystème d’acteurs engagés puisque, depuis 2015, la Camif et Citizen Capital sont le premier couple actionnaire-entreprise à recevoir le label B Corp en France. En 2016, le fonds d’investissement, Citizen Capital, continue ses actions et finance à son tour l’activité d’Ulule

D’autre part, la même année, la Camif concrétise la notion d’interdépendance du mouvement B Corp en collaborant avec de nombreuses autres entreprises labellisées dont Ulule. Elle rejoint alors les entreprises appelées “Best for the World” pour son impact local et sa contribution au développement économique de la région Niortaise. 

L’engagement de la Camif s’étend également au mouvement des entreprises pionnières du magazine So good imaginé par Ulule avec So Press. 

Camif s’est créée avec la volonté de mettre au cœur du projet l’impact social et environnemental et est donc nativement un acteur du changement. Explorer les nouveaux champs des possibles. Durables, viables, soutenables. Donner envie à chacun de se lancer dans une nouvelle aventure. C’est pourquoi j’aime et je soutiens le projet So Good.

Emery Jacquillat, Fondateur de la Camif

RecycLivre le change maker BCorp financé sur Ulule

Depuis 2008, RecycLivre propose aux communautés et entreprises un service gratuit de récupération de livres. Les livres sont ensuite vendus sur Internet en occasion et 10% du prix de vente est reversé à des associations caritatives. En 2015, lors du World Forum for a Responsible Economy, Recyclivre a obtenu la certification BCorp. 

Les actualités BCorp en 2020

En juin 2020 l’organisation B Lab compte 103 BCorps françaises dont une douzaine ont moins d’1 an d’ancienneté et une 15aine sont des filiales d’entreprises mères. 

Cette année Volvic s’est ainsi vu attribuer la précieuse certification BCorp. Plusieurs actions du leader de l’eau minérale naturelle en Europe ont contribué à sa labellisation : réduction de sa consommation électrique, bouteilles plastiques 100% recyclées, 40% des produits expédiés en Europe se font par train, etc. 

Le label BCorp a également été décerné à l’acteur du cacao et de la gastronomie, Valrhona, qui réduit de 57% son empreinte environnementale depuis 2013 et qui oeuvre pour la parité puisque 55% de ses collaborateurs sont des femmes.

Lors de la crise du Covid-19, la prise de conscience collective a poussé les entreprises à montrer un fort engouement et un important intérêt pour le label BCorp. L’organisme B Lab a alors soutenu l’initiative reCOVery, démarche de réflexion et de partage autour de l’économie d’après crise aux côtés des entreprises labellisées, réseau des sociétés à mission, etc.

Augustin Boulot, Délégué Général B Lab, affirme également qu’au delà du label, l’ONG B Lab propose un véritable réseau d’entraide entre B Corps. 

“La grande force de BCorp c’est d’avoir une communauté hyper vivante d’entreprises qui ont les mêmes convictions concernant leurs rôles pour transformer notre économie. A la sortie de la Cop25, 500 BCorps dans le monde ont pris comme engagement d’atteindre le 0 net carbone. ”

Augustin Boulot, Délégué Général B Lab France

A cette occasion, Nature & Découvertes a renoncé à alimenter ses points de vente en énergie provenant de barrages hydrauliques et se tourner vers la startup labellisée, WattValue, pour gérer son approvisionnement

🌱 Ulule, entreprise certifiée BCorp

🌱 Comme la Camif, devenez entreprise pionnière So good

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *