Interview Loïc Yviquel – Directeur Général en charge du développement d’Ulule

Interview Loïc Yviquel – Directeur Général en charge du développement d’Ulule

Dans cette interview Loïc nous livre sa vision de l’impact, les challenges auxquels Ulule for Brands a fait face pendant le Covid-19 et la notion d’engagement plus forte et actuelle que jamais aux yeux des entreprises.

1 – Loïc, pourrais-tu te présenter et nous décrire ton rôle au sein d’Ulule for Brands ? 

Je suis Directeur Général en charge du développement de Ulule. Dans ce cadre nous avons créé avec les équipes un espace dédié pour les marques, qui a vocation à démontrer que si l’on veut faire danser le lignes pour un monde plus durable, plus divers, plus ouvert cela passe aussi par les entreprises. On le démontre tous les jours avec aujourd’hui des dizaines d’entreprises qui s’engagent à nos côtés pour accompagner les porteurs de projet présents sur ulule.com.

Notre mission va au delà du crowdfunding puisque nous sommes un véritable INCUBATEUR PARTICIPATIF DE PROJETS A IMPACT. 

Loïc Yviquel

Alors même qu’Ulule fête ses 10 ans, le premier semestre de 2020 a été marqué par la pandémie mondiale que nous venons de vivre. De nombreuses entreprises ont fait face à de nouveaux challenges et parmi elles, Ulule. 

2- Pendant la crise, comment Ulule s’est réinventé et par quel biais ?

Pendant la crise, les équipes d’Ulule sont restées mobilisées pour permettre aux porteurs de projets de lancer des initiatives à destination de celles et ceux en première ligne de l’épidémie.

Dans ce contexte, Ma Bonne Fée a lancé son programme #AuxPetitsSoins pour soulager le quotidien des soignants en mettant à leur disposition un réseau de professionnels de la puériculture qualifiés. L’opération #EnModeConfiné, portée par l’association Banlieues Santé, et permettant de réduire les inégalités sociales face au système de santé a également connu un vif succès sur Ulule

Pour que cette démarche participative soit entièrement solidaire nous avons supprimé la commission habituelle sur les collectes. 

Du côté d’Ulule for Brands (notre activité dédiée à l’engagement des entreprises) notre objectif était d’accompagner, soutenir et mobiliser les entreprises, réseaux et associations dans un même mouvement pour qu’ils soutiennent les projets en lien avec l’urgence sanitaire.  

Notre partenaire BNP Paribas a rapidement agi et apporté une aide significative aux personnes les plus vulnérables. Mélanie Lahaix, Responsable Développement Entrepreneuriat Social France au sein de BNP Paribas, affirme qu’ils “avaient à cœur de financer les initiatives des créateurs à impact en apportant une contribution aux actions d’urgence menées par ces entrepreneurs pendant le confinement.”

Plusieurs recherches montrent que post Covid les entreprises engagés pour l’intérêt général s’en sortent mieux et que l’économie de demain sera sociale et solidaire. 

3- Qu’en penses-tu ? La crise a-t-elle permis d’accélérer la transition vers un modèle d’entreprise à impact positif ?

Ces études ont effectivement montré que post Covid-19, les entreprises les plus résilientes sont celles qui performent extra-financièrement et selon le Financial Time, l’indice MSCI World a baissé de 14.5% en mars, mais 62% des fonds ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernenance) de grandes capitalisations ont surperformé l’indice. 

Pendant le confinement, nous avons également mené l’enquête auprès de nos marques partenaires pour comprendre comment les entreprises pouvaient et voulaient poursuivre leurs efforts en faveur de l’intérêt général largement déployé pour faire face à la crise. 

Il en ressort que 42% souhaitent re questionner leur modèle économique et près de 70% d’entre elles pensent que Ulule et notre nouveau magazine imaginé avec So Press et permettant de mettre en lumière celles et ceux qui agissent pour un futur plus désirable, So good, sont des dispositifs utiles pour développer leur stratégie d’impact.

Je suis donc convaincu que la crise a accéléré le changement pour agir vite et trouver des solutions durables. En parallèle, la forte sensibilité et attention du grand public à l’engagement des marques a permis aussi de démontrer combien agir dans l’intérêt général pouvait recréer de la confiance entre les consommateurs et les marques qui ont valorisé leur utilité sociétale.  C’est souvent une question de posture, et je pense que la grande majorité des marques a acté ce changement, et c’est une première étape fondamentale.

4 – Post Covid comment la reprise d’activité est-elle désormais abordée ? Quels sont les objectifs pour le second semestre 2020 ? Et peux-tu pré annoncer les entreprises qui souhaitent collaborer avec Ulule for Brands ? 

Il est vrai que nous sommes beaucoup sollicités et la réussite de So good rend plus visible nos démarches et notre activité.

Sans faire de grandes annonces, nous avons aujourd’hui Aigle qui nous a rejoint sur l’enjeu de la Fabrication en France via l’opération Aigle Positive Impact. A la rentrée, nous allons également travailler avec des marques dans l’alimentaire, dans le secteur des jouets, dans l’assurance, la distribution…

Beaucoup d’entreprises ont décidé d’accélérer leurs actions autour de leur raison d’être et nous rejoignent pour le démontrer via un discours de preuves… une sorte de raison d’agir !

Loïc Yviquel

5 – Quelques nouveautés du côté So good ? Comment ce magazine trouve sa place et invite les entreprises à passer à l’action  ? 

Les premiers retours des lecteurs semblent confirmer une belle tendance en matière de ventes en kiosque et d’intérêt fort pour le positionnement de So good, soutenu en phase de création par 23 entreprises pionnières de toute taille et au moins autant post-lancement. So good s’inscrit dans une dynamique de changement où le rôle de chacun est clef. L’ambition est clairement de donner envie au grand public de s’engager pour un futur plus désirable en lançant ou participant à des initiatives terrain. 

Devant l’engouement pour So good, tant grand public que du côté des entreprises, nous avons imaginé différentes déclinaisons pour faire vivre So good plus largement : événements, podcasts, mais aussi pendant tout l’été, So good sera à retrouver sur France Inter dans l’émission d’Elodie Font pour répondre aux questions actuelles sur le monde d’aujourd’hui et de demain. 

Et le 23 septembre nous aurons notre premier So Good Live à la Cité Fertile à Pantin. L’objectif sera de retrouver « on stage » ceux ont été mis à l’honneur dans le premier numéro pour échanger avec ces personnalités en espérant que nous pourrons le réaliser en toute sécurité pour tout le monde. Ce sera enfin l’occasion de lancer le second numéro de So good qui sortira le jeudi 24 septembre.

Nous vous communiquerons bien sûr le reste des bonnes nouvelles So good !

Pour retrouver les belles histoires entre marques et porteurs de projets d’Ulule for Brands

Pour vous engager aux côtés d’Ulule for Brands : lancez votre appel à projetsvotre channel dédiée ou vos soirées Pitch Pitch

Pour en savoir plus sur So good et retrouvez ces actualités

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *