Comment le financement participatif contribue à la sauvegarde de notre patrimoine culturel ?

Comment le financement participatif contribue à la sauvegarde de notre patrimoine culturel ?

Les 17 et 18 septembre 2022, des monuments, musées et autres lieux remarquables ouvriront leurs portes aux quatre coins de la France, pour les Journées européennes du Patrimoine. C’est l’occasion de se pencher sur un enjeu de taille : le secteur patrimonial a plus que jamais besoin d’une prise de conscience globale pour être préservé.

Les entreprises se mobilisent, puisque 70% d’entre elles soutiennent des projets culturels, entre autres via le financement participatif. En 12 ans, Ulule est devenu un vivier de projets patrimoniaux, avec plus de 630 initiatives lancées dans cette catégorie et plus de 3,5 millions de fonds collectés.

Le financement participatif au secours du patrimoine

Si le patrimoine est traditionnellement une affaire d’Etat, les acteurs privés dont les entreprises et leurs fondations se mobilisent de plus en plus pour répondre à ces besoins et de nouvelles sources de financement émergent.

Parmi elles, le crowdfunding, dont la croissance ne cesse de s’accélérer.  Lucile Tauvel, Responsable de l’équipe Projets chez Ulule, explique les enjeux :

“Les intérêts à passer par le financement participatif pour les acteurs du patrimoine sont multiples : lever des fonds de manière simple et rapide, réaliser une opération de communication de grande ampleur, fédérer et sensibiliser localement à la sauvegarde du patrimoine en élargissant son public cible. 

En France, ce sont principalement les grandes institutions culturelles qui concentrent les subventions pour la sauvegarde du patrimoine. La force du financement participatif c’est qu’il est à la portée de tout le monde. Tout à chacun peut lancer une campagne pour restaurer les vitraux de l’église de son village, développer des visites culturelles dans sa région, participer à l’acquisition d’une œuvre pour un musée, etc.”

Si ces projets peuvent compter sur la large communauté d’Ulule pour se financer, lancer une campagne de crowdfunding leur permet également de renouveler leur vivier de donateurs et donatrices et d’analyser le degré d’adhésion du grand public, un témoignage de confiance fort. 

“Il y a une valeur émotionnelle très forte dans l’acte de donner pour les contributeurs et contributrices dans le cadre d’une campagne de crowdfunding. En effet, la symbolique créée autour du don est très forte : sauvegarder du patrimoine, transmettre aux générations futures, redynamiser un territoire local, participer au rayonnement culturel de la France, etc. Une campagne de crowdfunding permet à la fois de fidéliser ses visiteurs les plus réguliers en leur permettant une nouvelle expérience mais aussi de développer de nouveaux publics”, affirme Lucile.  

Au-delà de la collecte de fonds, le financement participatif est un formidable levier économique puisque créateur d’emplois et facteur de relance économique au cœur des régions de France. Ainsi, sur Ulule, Charles et Hilaire ont lancé une campagne de sauvegarde de la dernière usine européenne de fabrication de peignes en corne, créée il y a 200 ans. Ce savoir-faire vient tout droit d’Ariège et cette industrie a embauché jusqu’à 1 500 personnes dans la région. L’atteinte de leur objectif de crowdfunding leur permet de faire perdurer cet héritage et de créer 12 emplois durables au sein de cette usine. 

Des sauvegardes patrimoniales financées sur Ulule

Vecteur de fierté et d’identité, l’héritage culturel rassemble un grand nombre de citoyens et citoyennes, soucieux de préserver ces trésors. Sur Ulule, ces projets se caractérisent par une grande diversité typologique, de l’acquisition d’un chef d’œuvre à la survie d’un lieu unique ou encore de la restauration d’une tour d’un château en détresse.  

Il existe une très grande diversité de campagnes patrimoniales sur Ulule : des campagnes d’envergure portées par de grandes institutions culturelles comme le Musée d’Orsay pour la restauration de l’Atelier du Peintre de Courbet aux campagnes plus locales comme la stabilisation de l’Église de Cocumont dans le Lot et Garonne” ajoute Lucile.

Cette année, le Musée de l’Armée a lancé une campagne record dans la catégorie “patrimoine”, en collectant plus de 200 000 euros, avec notamment le soutien du CIC. Cette collecte visait à acquérir le Portrait de Joséphine d’Aiguillon, comtesse de Lasalle, et de sa fille Charlotte-Joséphine, peint en 1812 par Antoine-Jean Gros. Le Musée souhaitait ainsi réunir les portraits des deux époux en les installant à proximité, pour évoquer l’histoire des femmes et des familles de soldats.

“Cette campagne a permis au Musée de l’Armée de se constituer un cercle de donateurs et donatrices privés sur lequel l’équipe mécénat souhaite se réappuyer dans le cadre de nouvelles opérations d’acquisition ou de restauration pour le Musée.”

Aujourd’hui, de plus en plus d’établissements publics intègrent le financement participatif dans leur démarche d’engagement et de mécénat. Sur Ulule, s’associer à ces projets patrimoniaux c’est participer à la sauvegarde d’un héritage culturel fort mais également contribuer à la dynamisation des régions.

🚀 Vous souhaitez soutenir de belles campagnes ? Lancez votre appel à projets à nos côtés !

Retrouvez notre dernier article :

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *