Directeur du Marketing stratégique chez Fleury Michon, David Garbous est un vrai passionné au service du “manger mieux”. Fier de la conduite du changement qu’il a portée dans l’entreprise, il partage avec nous son expérience. Petit échange avec un personnage qui ne nous raconte pas que des salades… 

C’est quoi “manger mieux” ? 

“Manger mieux”, c’est une notion qui suit la raison d’être de Fleury Michon. Cette notion, nous l’avons pensé à plusieurs, en réunissant notre comité de direction mais aussi des membres de la société civile. Après concertation, on s’est tous retrouvé sur l’idée qu’il fallait “aider les hommes à manger mieux chaque jour

Pour ce faire, il faut inventer un modèle de consommation plus durable, faire appel à l’intelligence collective et changer de manière radicale. C’est en coupant définitivement avec nos habitudes que nous parviendrons à manger mieux et à assurer la pérennité de notre planète. 

Si tu devais expliquer l’alimentation responsable à ta grand mère, tu lui dirais quoi ? 

À vrai dire, je pense que je lui dirais que la phase de prise de conscience de l’alimentation responsable a déjà eu lieu. Aujourd’hui, les gens cherchent plutôt des solutions. Pour nous, l’essentiel est de pouvoir leur apporter ces solutions-là. 

C’est pourquoi, collectivement, nous tentons de créer les conditions d’un futur désirable. 

Pour ma part, je crois que l’alimentation responsable passe par trois étapes inclusives : 

  1. vouloir se faire plaisir, 
  2. faire attention à sa santé,
  3. et essayer de changer le monde. 

C’est cette dimension holistique de l’alimentation que nous essayons de traiter chez Fleury Michon. Manger est un geste sociétal, une manière de faire entendre sa voix. 

Fleury Michon a connu quelques transformations, tu peux nous en dire plus sur ce qui a été fait ? 

Tout à fait ! Depuis 2014, toutes les décisions de l’entreprise sont prises en fonction du “manger mieux”. Ces années nous ont permis d’élaborer un plan stratégique portant sur plusieurs points : diminuer la part de viande, augmenter celle du bio et du végétal, annuler tous les conservateurs, afficher le nutri-score…. 

Notre objectif était que les consommateurs constatent le changement dans les rayons et prennent conscience de notre engagement. Et c’est ce qui a été fait puisque notre jambon “zéro nitrite” a figuré dans le top 20 des ventes du rayon début 2019 ! 

On espère continuer à répondre aux besoins des consommateurs avec des engagements toujours plus forts, toujours plus impactants.

Et selon toi, qu’est ce qu’il reste à faire ?

On ne va pas se mentir… Un travail co-lo-ssal ! 

Bien que nous soyons déjà très fiers des actions que nous avons pu mener, nous souhaitons encore travailler sur plusieurs aspects. Par exemple, on planche actuellement sur une vraie solution végétale inspirée des cuisines asiatiques et africaines qui privilégient les légumes et les céréales. 

On souhaite vraiment faire des propositions concrètes qui intéressent les consommateurs avec des solutions gustativement, nutritionnellement et financièrement intéressantes. 

Comment accompagner sereinement ce changement? 

Si je me base sur la transformation que je connais le mieux, à savoir celle de Fleury Michon, alors je dirais que l’un des leviers essentiels de la transformation est la pédagogie : la communication autour du consommer mieux. 

Sensibiliser autour de soi, dans les écoles, les universités, les hôpitaux, les associations est un défi à relever. 

Ensuite, je suis persuadé de l’importance d’être intransigeant sur les matières premières et la qualité du produit. Pouvoir afficher le sourcing et mettre en valeur le travail des agriculteurs est primordial ! 

On se doit d’afficher cette transparence, pour le consommateur et pour ceux qui se lèvent tous les matins afin de nous permettre de manger mieux. 

Tu as été à l’initiative du programme “Venez innover” avec Ulule, pourrais-tu nous en parler ? 

Avec plaisir ! Le programme “Venez innover” est un moyen d’encourager les entrepreneurs à développer leurs belles initiatives. On cherche à prouver qu’il y a, aujourd’hui plus que jamais, des personnes qui affichent un vrai désir de faire bouger les choses avec des productions résilientes ou des projets innovants. Alors si on peut leur donner un petit coup de pouce, c’est la moindre des choses ! 

Selon toi, quels en sont les bénéfices ? 

Ils sont multiples ! D’une part pour nous, puisque c’est vraiment hyper enthousiasmant d’accompagner ces entrepreneurs dans leur projet. On sent qu’il y a une réelle émulation dans les deux sens, que l’échange est enrichissant pour le collaborateur “parrain” et pour l’entrepreneur. 

D’autre part, et pour faire suite à ce que je soulignais, c’est un vrai “plus” pour les entrepreneurs qui peuvent ainsi bénéficier des conseils d’experts et espérer un potentiel partenariat. Enfin, la plus grande part des bénéfices revient aux consommateurs qui auront peut-être un jour le plaisir d’accéder à une nouvelle offre de produits ! 

Quels sont les projets qui t’ont le plus inspiré ? 

J’ai beaucoup aimé l’initiative “LeFrigoJaune” qui lutte contre le gaspillage alimentaire tout comme l’ensemble des projets visant à proposer des alternatives végétales afin de baisser la consommation de viande. 

Dans l’ensemble, j’ai été conquis par le dynamisme et la détermination de tous ces nouveaux acteurs qui partagent, avec Fleury Michon, les valeurs du “manger mieux”. C’est très prometteur, on est super contents ! 

Dans le monde, quelle a été l’innovation à impact positif qui t’a le plus inspiré cette année?

J’ai été conquis par la campagne de publicité de Chipotle, la chaîne de fast-food américain. Avec “Back to the start”, Chipotle a essayé de montrer les failles du système actuel sur un ton très pédagogique et pas du tout anxiogène. C’est une manière d’amener progressivement les consommateurs vers le changement : des actions concrètes sont possibles tous les jours, à nous de décider de sauter le pas ! 

Cette interview touche à sa fin… Est-ce que tu aurais une actu à chaud à nous partager ? On veut du croustillant !

On teste actuellement un nouveau mode de cuisson différents pour nos plats cuisinés, avec une cuisson lente au four. On espère ainsi obtenir des légumes croquants, culinairement haut dessus de ce que nous avons déjà fait ! Mais notre engagement ne s’arrête pas au contenu, il s’étend au contenant. 

Aussi, on aimerait bien, à terme, remplacer la barquette plastique par une barquette en bois. Cela représenterait 80% de plastique en moins dans notre production…. Et c’est clairement ce que nous souhaitons obtenir ! 

Ce qu’on retient de cette interview ? Que le changement est à portée de main ! Faire un petit effort peut tout changer. Et cela passe par privilégier un produit plutôt qu’un autre dans le rayon, sans pour autant faire exploser son budget ! On ne sait pas pour vous, mais nous ça nous donne bien envie d’essayer. Et, qui sait, si on s’y met à plusieurs, dans quelques années on pourra se féliciter d’avoir franchi le cap. 

Alors, prêt à tenter le coup avec nous ? 

Découvrez le programme “Venez innover” !