Donner à chacun les moyens d’agir pour un monde meilleur, telle est la mission d’Ulule. Nous avons interrogé Arnaud Burgot, directeur général d’Ulule, sur l’impact de leurs actions. 

Soucieuse d’allier sa vocation d’« entreprise à mission » avec ses objectifs de développement, Ulule fait partie des 25 premières entreprises françaises à être certifié B Corp depuis 2015, un label réservé aux entreprises engagées et responsables.

Si tu avais 3 hashtags pour te définir, ça serait quoi ? 

S’agissant de moi, ce serait #organisation, #engagement et #fun.

S’agissant d’Ulule, ce serait #impact en premier, puis #accompagnement et #communauté

Le pitch d’Ulule, c’est quoi ?

Notre mission est de donner à tous les créateurs (individus, associations, entreprises), le pouvoir d’agir pour un monde plus divers, plus ouvert et plus durable.

Nous nous définissons comme le « premier incubateur participatif de projets à impact positif en Europe », en résumé et plus court nous sommes une « plateforme d’impact ».

Lorsque nous avons créé Ulule en 2010, nous étions pionniers du financement participatif. Nous sommes une « entreprise à mission » associant une finalité sociale et environnementale à un modèle économique rentable et des objectifs de bénéfices.

Ulule est fier d’être B Corp depuis 2015. B-Corp, si tu devais l’expliquer à ma grand-mère, tu dirais ?…

B Corp est un label d’origine américaine qui vise à concilier le monde des affaires et celui de l’impact positif. Aujourd’hui, la jeune génération veut concilier ces deux mondes.

Elle pense qu’il est possible de faire du business  et d’avoir un impact positif. B-Corp aide les entreprises dans cette démarche en utilisant cinq critères d’évaluation :

  1. l’impact de leurs activités ;
  2. la gouvernance d’entreprise ;
  3. la manière avec laquelle sont considérés les collaborateurs ;
  4. l’impact environnemental ;
  5. l’impact sur les communautés dans lesquelles l’entreprise est implantée.

Pourquoi devient-on une entreprise labellisée B Corp ?

Pour trois raisons : s’évaluer, progresser et démontrer. S’évaluer d’abord grâce au questionnaire d’évaluation B Corp. Il offre une démarche précise qui permet de se comparer à d’autres entreprises et d’obtenir une notation.

On peut ainsi progresser, en analysant les axes de progression issus des résultats du questionnaire.  Enfin, le label permet de prouver et de communiquer sur sa démarche d’impact, via une certification reconnue.

Comment devient-on B Corp ?

La première étape est de compléter le questionnaire d’autoévaluation accessible gratuitement en ligne. L’entreprise obtient ainsi une note globale.

Il suffit de se rendre sur B Corporation.eu, le site internet du B Lab, puis de cliquer sur l’onglet « certification » qui donne accès au questionnaire gratuit et confidentiel.

L’étape de la certification requiert dans un deuxième temps un audit approfondi et payant du questionnaire. La procédure s’appuie sur l’étude de documents probants fournis par l’entreprise.

Le label B Corp s’obtient avec une note minimum de 80 sur 200.

Si tu avais des conseils à donner aux entreprises qui s’interrogent sur le sujet, tu leur dirais…

Lorsque l’on souhaite obtenir la certification B Corp, il est préférable que l’impulsion vienne de la direction. Ce genre de projet devrait être pris en main par un leader animé par une conviction élevée et qui s’entoure d’un petit groupe de travail dédié.

C’est la meilleure façon de trouver les appuis indispensables. Il est nécessaire de se faire une idée de ce qu’implique un tel projet. Le questionnaire permet d’estimer l’effort qui sera demandé.

Ainsi l’entreprise peut voir où elle en est et sur quels aspects elle a besoin de s’améliorer. Elle dressera la liste des chantiers sur lesquels elle devra travailler.

En quoi le label B Corp est différent d’une démarche RSE ?

Le concept de RSE s’adresse aux problèmes sociaux et éthiques des entreprises dans leurs activités à la fois internes et externes. Nous sommes bien sûr sensibles à cette démarche.

Cependant, notre philosophie d’entreprise à mission » est un petit peu différente : nous plaçons l’impact au coeur de notre modèle économique. 

Les démarches RSE sont souvent nées dans les grandes entreprises pour compenser les externalités négatives de leurs activités.

Le label B Corp correspond plus à notre philosophie, qui vise à lier directement au cœur de l’entreprise un impact sociétal positif et un modèle lucratif.

Pourquoi est-ce très en vogue aux Etats-Unis et moins en France ? 

Le label B Corp est nouveau en France, il a été lancé en 2015 alors qu’il a été créé en 2006 aux Etats-Unis.

Là-bas, l’impact social et environnemental était plus difficile à inscrire dans les objectifs d’une entreprise qu’en France.  En droit des sociétés US, l’objectif des prises de décision en entreprise doit être de maximiser les bénéfices.

Ce qui n’empêche que certaines entreprises américaines souhaitaient concilier une double mission de rentabilité et d’impact. 

Le B Lab a réussi à faire adopter un nouveau statut d’entreprise aux USA qui permet de concilier des objectifs de profits et d’impact sociétal, sans faire courir de risques aux dirigeants.

Il s’agit des « Public Benefit Corporations », des entreprises qui affichent clairement une démarche d’impact positif.

Toute cette démarche de lobbying et ces évolutions législatives ont participé a popularisé le mouvement B Corp aux USA.

Quels sont les avantages majeurs pour une entreprise à devenir B-Corp ? Quel est l’impact sur le business ?

Le premier avantage pour l’entreprise est son attractivité interne. Les jeunes générations veulent concilier activité professionnelle et recherche de sens, gagner leur vie en nourrissant un idéal social. C’est une tendance majeure. 

Nous le voyons chez Ulule : on vient travailler chez nous parce que notre philosophie plaît. 

Deuxième avantage : beaucoup d’entreprises partenaires travaillent avec nous parce que nous sommes certifiés B Corp, ce qui leur permet d’avancer dans ce sens.

Troisième avantage : le fait pour une entreprise de se lancer dans cette démarche permet d’afficher ses valeurs et de voir où elle peut encore s’améliorer. C’est positif pour fidéliser les clients, les collaborateurs, pour réussir à embaucher des talents, pour l’image de l’entreprise au sens large.

Si tu devais choisir un seul de ces avantages, ce serait… ? 

L’avantage le plus important est sur l’équipe, la motivation des collaborateurs et l’attractivité pour recruter des talents. 

Quelle est ta plus grande fierté dans la réalisation de ce projet ? 

C’est de faire partie des entreprises pionnières dans ce domaine, de participer ainsi à faire évoluer la culture du monde des affaires, mais aussi de l’économie sociale et solidaire, en montrant aux acteurs des deux mondes qu’il est possible de concilier les deux ! Cela n’a rien d’évident, surtout dans une culture comme celle de la France qui est parfois très dogmatique plus que pragmatique.

Le meilleur moyen d’aider à faire progresser cela c’est de prouver que c’est possible en agissant et en le faisant nous-mêmes. Et comme des milliers d’entreprises se lancent chaque année via Ulule, elles découvrent directement sur la plateforme que nous somme B-Corp, ce qui participe à amplifier le mouvement.

Cela n’a rien d’évident, surtout dans une culture comme celle de la France qui est parfois très dogmatique plus que pragmatique. Le meilleur moyen d’aider à faire progresser cela c’est de prouver que c’est possible en agissant et en le faisant nous-mêmes. Et comme des milliers d’entreprises se lancent chaque année via Ulule, elles découvrent directement sur la plateforme que nous somme B Corp, ce qui participe à amplifier le mouvement.

Quel exemple réussi de société B Corp aimerais-tu évoquer ? (sauf Ulule, bien sûr)

Il y a plus de 2 500 B Corp certifiées dans le monde, dont plus d’une centaine en France et des dizaines d’autres en cours de certification.

Quelques exemples :

  • Patagonia – très connu aux Etats-Unis – ,
  • Les 2 vaches et Bledina – deux filiales de Danone -,
  • Nature et Découvertes,
  • les Laboratoires Expanscience, Kimso, Tenzing…

Si tu avais une baguette magique, tu ferais quoi ?

Faire en sorte que l’on redoute moins le changement dans la société. Continuer d’opposer le monde des affaires à des idéaux comme l’impact positif n’est pas la bonne façon d’envisager l’avenir. Il vaut mieux avoir une vision utile et progressiste. 

Le mot de la fin, ce serait ? 

Cela prend des années pour changer les mentalités, pour concilier la recherche du profit et celle de l’impact positif. Mais je ne doute pas que l’on y arrivera. L’humanité progresse de génération en génération. La seule question que je me pose est combien de temps cela prendra ?

Merci Arnaud pour avoir partagé ton opinion et ton expérience sur la certification B Corp !

Merci Arnaud pour avoir partagé ton opinion et ton expérience sur la certification B Corp !